Retour aux articles

Lancement du programme « Action cœur de ville »

Civil - Immobilier
Public - Urbanisme
28/03/2018
Le 27 mars dernier, le ministre de la Cohésion des territoires a dévoilé les noms des 222 villes retenues pour bénéficier du plan national « Action cœur de ville ».
Ce sont en effet 222 villes (dont la liste est consultable sur le site du ministère), réparties sur tout le territoire, qui bénéficieront d’une convention de revitalisation sur cinq ans pour redynamiser leur centre-ville.
Double ambition pour le plan « Action cœur de ville » :
  • améliorer les conditions de vie des habitants des villes moyennes ;
  • conforter leur rôle de moteur de développement du territoire.
Ce programme vise à faciliter et à soutenir le travail des collectivités locales, à inciter les acteurs du logement, du commerce et de l’urbanisme à réinvestir les centres-villes. Il ambitionne également de favoriser le maintien ou l’implantation d’activités en cœur de ville afin d’améliorer les conditions de vie dans les villes moyennes.

Les conventions de revitalisation tournent autour de cinq axes :
  • de la réhabilitation à la restructuration : vers une offre attractive de l’habitat en centre-ville ;
  • favoriser un développement économique et commercial équilibré ;
  • développer l’accessibilité, la mobilité et les connexions ;
  • mettre en valeur les formes urbaines, l’espace public et le patrimoine ;
  • fournir l’accès aux équipements et services publics.
De nombreux acteurs territoriaux interviendront dans la mise en œuvre de ce programme :
  • le maire pilotera la réalisation des actions ;
  • les partenaires régionaux et locaux, publics et privés, agiront par le biais d’investissements nouveaux ou de renforcement de leurs interventions ;
  • le préfet de département coordonnera les services ;
  • le préfet de région formera le comité régional d’engagement avec d’autres services régionaux ;
  • le Commissariat général à l’égalité des territoires coordonnera l’ensemble du dispositif.
Pour Jacques Mézard, « les villes moyennes sont un vecteur essentiel de développement de nos territoires. Leur vitalité est indispensable car elle profite à l’ensemble de leur bassin de vie, et plus largement aux territoires urbains et périurbains environnants ».